Pesquise neste Blog

sábado, 22 de setembro de 2012

Le sens de la soufrance : suite de deux autres essais. Max Scheler Aubier Editions Montaigne


LE SENS DE LA SOUFFRANCE
MAX SCHELER 
AUBIER / MONTAIGNE 
DANS LA COLLECTION "PHILOSOPHIE DE L'ESPRIT", PARIS 1951.

Description :
De tous les philosophes de l’Allemagne contemporaine, il n'en est point qui puisse rencontrer dans notre pays plus de sympathie que Max Scheler. Il est apparenté à nos moralistes; il possède ce sentiment singulièrement aigu de l'intimité de notre être psychologique, qui nous fait pénétrer jusqu'aux couches les plus profondes de notre moi, et qui rend sensible au lecteur français le problème de sa destinée d'une manière beaucoup plus directe et beaucoup plus sûre que tous les systèmes du monde et toutes les entreprises de la dialectique.
Max Scheler, il est vrai, montre peu de goût pour le rationalisme cartésien qui nous permet d'exercer sur l'univers une sorte de domination, mais qui ne nous permet, à son gré, ni de pénétrer en lui, ni d'entrer en communion avec lui. Il reconnaît, comme Pascal, l'existence d'un ordre du cœur qui nous apporte sur l'essence du réel et sur sa valeur une révélation que l'entendement est incapable de nous fournir. Et s'il revendique, comme M. Bergson, le privilège de l'intuition, sans laquelle nous manquons toujours le contact avec le réel, c'est à condition que cette intuition ne soit pas un simple regard dirigé vers nous-même, c'est à condition qu'elle soit active et aimante, qu'elle franchisse toujours les bornes de notre conscience particulière, qu'elle nous amène, par exemple, à coïncider avec un autre être dans ce qu'il a d'individuel et d'unique, c'est-à-dire en ce point où il est tout à la fois semblable à nous et distinct de nous, parce qu'il participe au même élan spirituel.
Table des matières :
AVANT-PROPOS
Chapitre I. Le sens de la souffrance
» II. Repentir et renaissance
» III. Amour et connaissance
La signification de l'être qui nous est donné
Auteur :
Philosophe allemand, né à Munich le 22 août 1874 et décédé à Francfort-sur-le-Main le 19 mai 1928, souvent rattaché au courant de la phénoménologie, dont on peut dire qu'il a régénéré la grande tradition philosophique occidentale en lui faisant subir l'épreuve de la pensée critique de son époque, dominée par ceux qu'on a appelés les maîtres du soupçon : Nietzsche, Freud et Marx.
Son père est luthérien, sa mère est juive orthodoxe. Converti au catholicisme, il meurt cependant agnostique. Professeur à l'Université de Iéna de 1900 à 1906 puis à Munich de 1907 à 1910. Ses premières œuvres sont marqués par l'influence de Nietzsche et de sa philosophie des valeurs (en particulier le concept de "ressentiment" développé dans la Généalogie de la morale).
En 1902, il rencontre Edmund Husserl dont la pensée (la phénoménologie) le marquera durablement bien qu'il n'ait jamais été son étudiant. En 1910-1911, il donne un cours à la société philosophique de Göttingen. De 1919 à sa mort, il enseigne la philosophie et la sociologie à l'Université de Cologne.
Il fut considéré de son temps comme l'un des chefs de file de la phénoménologie (avec Nikolai Hartmann, notamment) à laquelle il donna toutefois quelques accents mystiques. Avant sa rupture avec l'Église, il contribua largement au renouvellement de la tradition catholique - Karol Wojtyla, le futur Jean Paul II, qui comptait parmi ses admirateurs, lui consacra sa thèse de 1953. Mais l'entreprise principale de Scheler fut la fondation d'une discipline nouvelle : l'anthropologie philosophique et sa contribution au développement de la sociologie de la connaissance (Wissensoziologie).
Sa mort subite par apoplexie ne lui permis de publier que les premices de ce projet (La Situation de l'homme dans le monde publié l'année de son décès). Ses élèves, Helmuth Plessner et Arnold Gehlen, développèrent cette approche de l'humain dont ils revendiquèrent ensuite la paternité. Les réflexions sociologiques de Scheler marquent un tournant audacieux dans l'histoire de la sociologie en tentant un rapprochement entre la démarche des sciences humaines et la phénoménologie (dont le primat subjectiviste et l'importance accordée à la conscience ne vont pas de soi dans le cadre souvent objectiviste de la sociologie).
Cette nouvelle perspective aura un écho, notamment, dans les travaux des sociologues Alfred Schütz, Peter Berger et Thomas Luckmann (The Social Construction of Reality).
Notice :
Titre : Le sens de la souffrance
Auteur : Max Scheler
Edition : Fernand Aubier / Editions Montaigne, Paris 1951
Collection : Philosophie de l'esprit
Nombre de pages : 183 p. 


 Temos condição de conseguir muitos outros títulos sobre o assunto. Diga-nos quais você precisa e lhe daremos a resposta. Temos um vasto acervo sobre essa bibliografia temática. Envio em até 24 horas após a confirmação de pagamento com confirmação via e-mail e número de postagem para acompanhamento da entrega. Toda postagem pode ser rastreada pelo site dos Correios. Todos os pedidos são enviados com seguro. CASO HAJA INTERESSE NESSE LIVRO OU EM NOSSO SERVIÇO, ENVIE UM E-MAIL PARA philolibrorum@yahoo.com.br

Nenhum comentário:

Postar um comentário